L’Enka

Bonjour à tous !

Voici un petit article sur l’enka, ce chant traditionnel japonais que j’affectionne tout particulièrement ! Au programme de cet article : infos, vidéos & expérience au Japon !

Mika Shinno, l’une de mes chanteuses d’enka préférées

Qu’est-ce qui caractérise l’enka ?

L’enka (演歌), qui signifie littéralement « ballade », est un style de chant japonais considéré comme un art.
Le chant enka est spécial puisqu’il utilise la gamme pentatonique, constituée de 5 notes par octave (comme dans certains chants traditionnels grecs ou celtiques) : les chanteurs d’enka jouent donc sur leur voix et peuvent en général passer d’un grave à quelque chose de plus aigü assez aisément.
Ils jouent ainsi sur cette gamme, insistant parfois sur certaines syllabes, passant d’une hauteur à une autre : tout cela demande un
très grand travail sur sa voix, ainsi qu’une maîtrise sans faille de celle-ci.
Les thèmes sont aujourd’hui souvent les mêmes qu’à la naissance de l’enka : la nostalgie, les chagrins d’amour, la mélancolie, l’amour au sens large et le furusato (qu’on peut traduire par pays natal, mais pays au sens « lieu d’où on vient », ça peut donc concerner notre village, notre quartier, notre ville : il est très proche du terme allemand « Heimat »). Le chant est la plupart du temps accompagné d’instruments traditionnels : le shamisen (三味線), luth à trois cordes pincées d’origine chinoise, le koto (箏), également d’origine chinoise, la flûte shakuhachi (尺八), ou encore le Taiko (太鼓), tambour japonais.
Les artistes d’enka sont aujourd’hui encore souvent vêtus d’un kimono pour chanter ce style traditionnel.

Hibari Misora, une vraie légende

De quand date l’enka ?

Les premiers chanteurs d’enka sont apparus pendant l’ère Meiji (1868-1912), mais sont très différents de l’enka que l’on connaît depuis quelques décennies. Le violon apparut peu après la fin de l’ère Meiji, accompagnant le chant enka. Le genre se développa peu à peu et était tout à fait commun, comme la J-pop l’est aujourd’hui !
C’est la chanteuse Hibari Misora (1937-1989) qui va, dès 1949, mais surtout dans les années 1960 et 1970, devenir en quelque sorte l’icône de
l’enka : elle est aujourd’hui encore connue comme l’une des plus grandes chanteuses enka de toute l’histoire du Japon. Le genre connut un grand succès jusque dans les années 1980, même si dans cette décennie le terme « enka » perdit un peu de son essence et fut élargi.

Sayuri Ishikawa, l’une des chanteuses d’enka les plus célèbres aujourd’hui

Le déclin de l’enka

En 1989, la grande Hibari Misora décéda, tout comme Hachiro Kasuga en 1991, qui était l’un des plus grands chanteurs enka de l’époque.
Parallèlement, la J-pop connaissait déjà un grand succès, principalement depuis les années 1980 (même un peu avant). Les thèmes
de l’enka n’intéressaient plus les nouvelles générations, qui préféraient des musiques plus modernes, aux thèmes plus larges et aux influences plus occidentales. On pouvait cependant toujours en entendre dans des émissions télévisées, sur certaines radios, dans des restaurants, mais le public visé était plutôt réduit à des personnes plus âgées qu’à l’époque de son apogée.

Maya Sakura, très jeune chanteuse d’enka née en 1998

L’enka aujourd’hui

Aujourd’hui, beaucoup de nouveaux (et jeunes !) artistes enka débutent leur carrière chaque année et donnent un nouveau souffle à ce genre musical traditionnel. On peut penser à Kiyoshi Hikawa qui a débuté sa carrière en 2000 à l’âge de 23 ans, et qui est très populaire, et pas uniquement parmi les personnes âgées, puisque grâce à son âge, il a pu toucher des générations bien plus jeunes.
Des artistes parviennent également à atteindre le top 10 de l’Oricon, aujourd’hui encore : on peut penser à Saburô Kitajima ou encore Fuyumi Sakamoto en 2010. En 2008, deux artistes ont étonné tout le Japon : il s’agit de JERO, un artiste afro-américain chantant de l’enka dans une tenue hip-hop à ses débuts : son premier single a même atteint la 2nde place de l’Oricon, ainsi que Maya Sakura, jeune chanteuse alors âgée de 10 ans et qui livre un chant enka travaillé et maîtrisé !

JERO, chanteur afro-américain qui a étonné le Japon

Mon expérience de l’enka au Japon

Etant jeune et étranger, à chaque fois que je parlais de mon amour pour l’enka à des Japonais, j’avais droit à des réactions souvent très marrantes. Un très grand étonnement ! On me demandait souvent quels étaient mes artistes préférés et à chaque nom, l’étonnement était encore plus grand. J’ai bien compris que l’enka n’est pas quelque chose de très commun parmi les jeunes générations.

J’ai trouvé au Japon quelques boutiques spécialisées dans l’enka, notamment une à Asakusa où j’ai acheté un album d’une chanteuse que j’apprécie beaucoup (mais qui n’est pas très connue) : Fumiko Utagawa. J’étais très heureux de pouvoir enfin écouter un album d’elle, puisque son chant est tout simplement parfait et donne vraiment la pêche. Au karaoke, j’ai également chanté quelques chansons d’Aki Yashiro, chanteuse d’enka-pop très connue au Japon depuis de nombreuses années.

J’étais également très content de voir que chaque semaine avaient lieu à des heures de prime-time des émissions de télé où les artistes d’enka chantaient les uns après les autres : notamment NHK Kayou Concert, tous les mardis soirs sur NHK à 20h, ou encore le jeudi soir sur TV Tokyo. Que du bonheur pour moi, d’autant plus que j’étais très content de constater que je connaissais la plupart de ceux qui passaient dans ces émissions.

Aki Yashiro, une chanteuse d’enka-pop également très appréciée au Japon

Quelques vidéos…

Je termine sur quelques vidéos de différentes périodes pour que vous puissiez vous faire une idée, vous y retrouverez des artistes que j’ai cités tout le long de cet article et dont j’ai mis des photos ! (prévenez-moi s’il y a des liens morts !)

Maya Sakura – Tairyou Matsuri

Mika Shinno – Naniwa Hakkei

Toshimi Tagawa – Muteki

Hibari Misora – Jinsei Ichiro

Sayuri Ishikawa – Amagigoe

Aki Yashiro – Funa Uta

JERO – Umiyuki

Kiyoshi Hikawa – Kiyoshi no Zundokobushi

Bonne écoute !

A propos Kevin

25 ans, passionné par le Japon !
Cet article, publié dans Culture japonaise, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Enka

  1. Emilie dit :

    Ouah, tu m’as piqué mon idée d’article! Mais j’aurais pas fait mieux que toi, parce que toi, t’es un vrai fan. J’aime beaucoup l’enka aussi!! Mais ne connnais pas autant d’artistes que toi. JERO est peut-être mon préféré parce qu’afro-américain ? (mais apparement il a eu une grand-mère japonaise, donc c’est de la triche ^_^). Mon autre chanson préféfée c’est « Hakodate ».
    Superbe article en tout cas!! Merci😀

    J'aime

  2. Merci beaucoup ! J’aime bien JERO aussi ! L’enka, c’est vraiment magique.

    J'aime

  3. Mchan dit :

    bonsoir, je vais regarder tes vidéos avec intérêt. Tu es à Paris ? Il y a un karaoke japonais pas trop cher. Mes chansons préférées sont Tsugaru Kaikyoo fuyu geshiki et pas mal de chansons de Misora Hibari aussi, la chanson du film de Kill Bill également par Kaji Meiko Shura no Hana.
    C’est sûr que Jero avec une grand mère japonaise est un peu avantagé. C’était vraiment bizzarre la 1ère fois que je l’ai vu à la télé car son look est tellement peu lié au enka que quand il a ouvert la bouche j’ai eu un choc.

    J'aime

  4. Marc dit :

    Et n’oubliez pas la talentueuse et très belle Yoko Nagayama …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s